Marches et ballades de la Réunion

Marches et ballades de la Réunion

Présentation du blog

Bienvenue !

 

L'île de la Réunion est un département français, situé dans l'hémisphère sud, entre l'Equateur et le tropique du Capricorne, en plein milieu de l'Océan Indien, pas loin (250 kilomètres) de l'île Maurice (sa soeur géologique au sein des Mascareignes) et de l'île continent Madagascar (Malagasy).

 

 

Île tropicale bordée de plages, de criques et de lagons, la Réunion est surtout à visiter pour ses montagnes, ses cirques et surtout ses marches et ballades.

 

Ce blog tentera de vous faire découvrir quelques unes des plus belles ballades (et parfois des plus simples ballades) que j'aurais eu le bonheur de faire, au sein de la faune et de la flore réunionnaise. Un blog en écriture au fur et à mesure des marches et ballades que j'aurais moi-même réalisées !

 

Pour ceux que cela intéresse, un lien vers mon autre blog sur Blog4ever, entre économie, environnement ou philosophie (ou plutôt aucun des trois) ...

http://saucrates.blog4ever.com/blog/index-447196.html


14/01/2012
0 Poster un commentaire

Marches à l'hôtel Diana Déa Lodge

Le Diana Déa Lodge est un hôtel quatre étoiles situé dans les hauts de Saint-Anne, à 600 mètres d'altitude, dans l'est du département, en sein d'une propriété d'une centaine d'hectares. Deux sentiers de marche ont été tracés dans la propriété, l'un en dessous de l'hôtel, autour de l'habitat des cerfs qui vivent dans le domaine, le deuxième au dessus de l'hôtel, qui grimpe dans les hauteurs du domaine, pour finir dans une forêt primaire sombre et boueuse.

http://www.diana-dea-lodge.re/fr/index.php

 

L'accès du deuxième sentier est limité apparemment aux seuls clients de l'hôtel puisque des cadenas bloquent les accès au sentier par des hauts portails.

 

Pour atteindre l'hôtel, prendre le chemin de ceinture au-dessus de Saint-Benoît. Après le croisement descendant vers Sainte-Anne, tourner à droite et monter pendant plusieurs kilomètres sur une route étroite qui suit une ligne de transport en commun. L'accès au domaine lui-même impose de franchir un portail électrique (attention, il ne reste pas longtemps ouvert et ne semble pas possèder de détecteur infrarouge et peut se refermer sur un véhicule) et de suivre une piste non carossée mais sur lequel un véhicule normal passe sans problème (pour les clients qui le souhaitent, un 4x4 peut venir les chercher à un premier parking déjà difficile d'accès).

 

 

La deuxième marche située au dessus de l'hôtel fait une grande boucle (plutôt de forme carrée) suivant la bordure du domaine. Sa longueur doit osciller entre quatre et six kilomètres. Le début de la marche est en forte montée, au milieu d'une épaisse pelouse entre des massifs denses de goyaviers (en fleurs à cette époque). En juillet-août, ils doivent déborder de fruits. Au fur et à mesure de la montée (relativement pentue), une vue magnifique sur la côte est de l'île se dévoile peu à peu derrière les randonneurs, émergent d'entre les arbres. 

 

 

Après la montée, serrée, on suit une zone de plat longeant toujours les barrières de la propriété. Un deuxième portail délimite l'accès à une forêt dense, où des panneaux indiquent les noms vernaculaires de quelques espèces d'arbres (le premier portail se trouvait au début du sentier, juste au-dessus de l'hôtel). Il faut demander les codes des cadenas à l'accueil, et surtout éviter de les perdre au cours de la marche, sinon on se retrouverait bloqué.

 

 

 

Ce sentier au milieu d'une forêt fait également une petite boucle, et donne accès à un autre sentier, appartenant lui à l'ONF, qui monte encore plus profondément dans la forêt et la montagne, à flancs de remparts.

 

 

Il faut ensuite revenir sur ses pas pour reprendre la marche de l'hôtel, dans la forêt, puis après avoir rejoint le portail, reprendre la suite de la marche puis entamer la descente du retour vers l'hôtel. Souvenirs de quelques magnifiques fleurs ...

 


22/01/2012
0 Poster un commentaire

Piton Sainte Rose - Marine Sainte Rose

Le long d'une partie du rivage de la côte Est de l'île de la Réunion, on trouve un chemin côtier à flanc de falaise, au milieu des vacoas, des filaos et toute une série d'autres types d'arbres et d'arbustes, bercé par les mugissements sourds des lames qui viennent se briser sur les rochers escarpés du rivage. Un sentier litoral part de l'Anse aux cascades, site touristique connu de l'île, situé à quelques kilomètres du lieu-dit Piton Sainte-Rose (en direction la commune de Saint-Philippe), et rejoint le port de pêche de Sainte-Rose, au lieu-dit la Marine de Sainte-Rose. Ces deux points sont distants d'une quinzaine de kilomètres environ. Le sentier littoral passe notamment par Piton Sainte-Rose, en dessous de l'église miraculée de la coulée de 1977 et par Port Ango (?).

 

Un peu d'histoire : en 1977, une coulée de lave descend du volcan (qui surplombe tout l'est et le sud de l'île) et traverse le village de Piton Sainte-Rose. Miracle, la coulée de lave contourne une église qui se situe sur son trajet, encerclant l'église qui porte depuis le nom de notre-dame-des-laves. Aujourd'hui encore, les restes de la coulée de lave refroidie l'entourent et témoignent de ce miracle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Notre-Dame-des-Laves

 

 

 

L'un des points d'accès à cette marche part donc de Piton Sainte-Rose. Descendre en direction de l'océan au niveau de l'église de Piton Sainte-Rose. La route traverse des champs de cannes. Au bout de quelques centaines de mètres, au premier croisement, prendre à droite. Quelques centaines de mètres et on arrive à la coulée de 1977 et à une zone de parking et de pique-nique. Descendre en direction de l'océan en empruntant un chemin de scorie de lave. Encore quelques centaines de mètres et on arrive au croisement de cette marche. D'un côté, on peut se diriger vers l'Anse des cascades, sur un parcours où les rochers de lave sont relativement acérés ... De l'autre, on peut se diriger vers la marine de Sainte-Rose, sentier que nous avons emprunté ce lundi 16 janvier 2011.

 

 

Le sentier commence en bord de plage, sur du sable noir (basalte) avec des éclats verts (olivine) délimité par des rochers de lave ... Puis il escalade rapidement les falaises pour serpenter en bord d'océan, au milieu d'une végétation tropicale typique de cette partie de l'île. De nombreuses parties du sentier se font ainsi sous les branches des vacoas dont les longues feuilles tapissent et masquent parfois le sol. La côte déchiquetée s'étale sous les yeux des randonneurs et le grondement sourd des vagues qui viennent ébranler les falaises les accompagne durant toute la ballade.

 

 

Il ne faut pas rêver, le randonneur ne trouvera aucun endroit où se baigner de cette marche agréable et facile, sans pratiquement de dénivellé. A noter deux passages de quelques mètres où une personne souffrant de vertige se fera quelques frayeurs. De même, une absence de marquage du sentier quelques centaines de mètres après le début de cette randonnée, lorsque le sentier quitte le bord de plage pour grimper dans la falaise ; les marques ayant été effacées par la mer.

 

Port Ango est atteint au bout d'une heure ; le sentier continuant vers la marine Sainte-Rose (un sentier part également vers l'intérieur des terres vraisemblablement vers la route nationale). Il faut près de deux heures de plus pour rejoindre Sainte-Rose. On quitte cette marche avec de grandioses images d'océan en furie plein les yeux. Parfois, on trouve de magnifiques espaces de pelouse en bord d'océan, sous les embruns des vagues, idéale pour pique-niquer ou se reposer quelques instants.

 


16/01/2012
0 Poster un commentaire

Le chemin des anglais - La Montagne - Grande Chaloupe

Le chemin des anglais est une ballade relativement facile à faire un dimanche. Elle comprend deux tronçons : le premier, le plus simple part du village de la Montagne (plus précisément du lieu-dit de Saint-Bernard) pour rejoindre la Grande Chaloupe, situé au milieu de la route du littoral ... Le second, un peu plus difficile et surtout plus long, rejoint la Grande Chaloupe et l'entrée de la commune de la Possession.

 

C'est un chemin pavé en pierres de taille sur de nombreux passages, et ce chemin constituait anciennement la seule voie d'accès entre l'ouest de l'île (l'ancienne capitale de la colonie Saint-Paul, la Possession et le Port) et le Nord (Saint-Denis). Aujourd'hui parcourue par des randonneurs et quelques milliers d'athlètes lors de la course du Grand Raid ainsi que lors de quelques autres courses de montage, ce chemin était autrefois emprunté par de riches colons dans des chaises à porteurs et surtout par des esclaves.

 

Son nom lui vient d'un épisode de la courte histoire de cette île, dans les années 1810, lors des escarmouches entre les soldats français et les soldats anglais. Les soldats anglais utilisèrent ce chemin pour contourner les canons français qui défendaient la rade de Saint-Denis ... Pendant quelques années, la Réunion devint possession anglaise. L'Est de l'île (la commune de Saint-André) porte également les séquelles de cette occupation, deux de ses lieux-dits s'appellent ainsi Cambuston (Camp Buston, du nom d'un général anglais) et Quartier Français, séparés par une rivière.

 

L'histoire de cette route est cependant plus ancienne. C'est la plus ancienne route de l'île, dont les travaux seront conduits de 1730 et 1732 et poursuivis après 1757 par l'ordonnateur Honoré de Crémont (d'où son nom de 'chemin Crémont' qui lui est également donné pour sa partie entre La Possession et la Grande Chaloupe).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chemin_Crémont

 

Pour en revenir à cette marche, au départ du village de la Montagne, prendre en direction de Saint-Bernard. Avant d'arriver à Saint-Bernard (avant le cimetière et l'ancienne léproserie), il faut descendre un chemin betonné à un croisement (prendre à droite en venant de la Montagne). Chemin peu engageant, on passe devant une épicerie puis on descend jusqu'à une petite rivière. Prendre à droite au sortir du radier, puis de nouveau à droite un peu plus loin. On suit alors un sentier bétonné ombragé d'arbres. La route bétonnée passe près de plusieurs habitations, à flancs de falaise. Un parking au bout de la route vous permet de vous garer. Une barrière en bois bloque alors le passage, qu'il faut contourner.

 

 

La descente dure à peine un peu moins d'une demi-heure pour rejoindre la Grande-Chaloupe. Les derniers mètres de cette marche sont assez raides, constituaient de lacets serrés, les pierres de la chaussée étant souvent disjointes et désassemblées. Par contre, le sentier est large ; il pourrait laisser passer un 4x4 ... Toutefois de gros rochers tombés au milieu du sentier lui interdirait la descente ... Les vélos et véhicules y sont évidemment interdits ...

 

On débarque sur l'ancienne voie ferrée à la Grande Chaloupe, au milieu de nouveau de quelques habitations, à quelques mètres de la quatre-voies que l'on a surplombé tout au long de la descente. Encore quelques mètres et on retrouve un parking sous les arbres juste au bord de la quatre-voies.

 

On peut soit continuer cette marche vers la Possession (prochaine marche), soit revenir sur ses pas vers la Montagne. Une quarantaine de minutes sont nécessaires pour un marcheur moyen (je l'ai fait avec mon fils de sept ans, mais en une heure). De la montée au programme, beaucoup de montées, le premier quart d'heure étant relativement éprouvant avec la remontée des lacets de la Grande-Chaloupe (les lacets de l'autre remontée vers la Possession étant néanmoins plus difficiles). Le reste de la marche est relativement facile, presque tout en côte toutefois, pour revenir au parking.

 

 

La marche est relativement exposée au soleil ; aucun arbre n'abritant le randonneur jusqu'aux lacets descendant vers la Grande-Chaloupe. Et évidemment, prévoir de l'eau !


14/01/2012
0 Poster un commentaire

La cascade Maniquet

Magnifique bassin de fraicheur dans les Hauts de Saint-Denis (chef lieu de la Réunion), que l'on atteint après quelques dizaines de minutes de marche dans une forêt d'épicéas puis le long d'un rempart. Parcours relativement rapide et facile, même si les personnes soumises au vertige pourront parfois trouver le sentier insuffisamment large.

 

 

Pour l'atteindre, à partir de Saint-Denis, prendre la direction de l'hôpital de Bellepierre, comme pour se rendre à la Roche Ecrite (autre marche que je décrirais un autre jour). A partir de Bellepierre, prendre la direction du village du Brûlé, que l'on atteint après quelques dizaines de minutes de route, toute en lacets, relativement étroits (la route est souvent étroite et nécessite de conduire prudemment). Arrivé au village du Brûlé, vous passez pas loin de l'église, et vous continuez en direction de la Roche écrite. D'ailleurs, la seule autre route quittant le Brûlé redescend vers Saint-Denis en passant par les rampes de Saint-François.

 

Au bout de quelques kilomètres, alors que vous passez les derniers portails de maisons isolées dans la forêt, la route se scinde en un croisement. Tout droit, vous allez vers la Roche Ecrite. L'autre direction,  qui descend légèrement, va vers la cascade Maniquet. Encore quelques kilomètres en voiture sur une route en béton et vous êtes arrivés au départ de cette simple marche (que le Journal de l'Île qualifia de digestive).

 

 

Une quinzaine de minutes de descente sur un sentier parfois un peu boueux et vous êtes arrivés à la cascade Maniquet, son petit bassin d'eau bleue ... et le cours d'eau qui dévale de rochers en rochers vers la côte de Saint-Denis ...

 

http://www.cg974.fr/index.php/Saint-Denis-Sentier-de-la-Cascade-Maniquet-30mn.html

http://www.clicanoo.re/42-les-randonnees/77-saint-denis/la-cascade-maniquet.html


15/01/2012
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :